Enseigner l’écriture, de la maternelle au CE1


Des lacunes dans la formation intiale (on n'apprend plus aux enseignants à enseigner l'écriture, encore moins à écrire…) aux pratiques trop diverses d'un enseignant à l'autre, l'écriture "pose problème" à beaucoup… Cette formation, complète et précise, permettra à chacun d'un voir clair et aux écoles de proposer une approche coéhrente et concertée de l'apprentissage de l'écriture. Pour les enseignants de maternelle, CP et CE1 (voir après…). Formatrice : Marie-Thérèse Zerbato-Poudou

Les objectifs de la formation :

L’objectif pour cette intervention est double, d’une part, attirer l’attention des enseignants sur l’importance de la construction d’un milieu de travail porteur de sens. À ce propos, plusieurs dimensions seront explorées.

D’autre part, il est nécessaire de porter un regard sur les choix que doivent faire les enseignants au sujet du dispositif pédagogique, mais aussi pour la forme des lettres et leur ductus, sachant que le manque de formation initiale à ce sujet les pénalise.

Déroulement possible :

  • Liens avec le graphisme : (partie commune avec la formation sur le graphisme)

Graphisme et écriture sont étroitement liées par la question de leur relation. La partie théorique est donc commune en ce qui concerne les formations portant sur l’une ou l’autre thématique.

Dans cette partie, il s’agit de mettre en évidence ce qui est commun et ce qui diffère entre graphisme et écriture.

Les points communs, que sont les activités perceptives visuelles et les activités motrices, seront analysés afin de mettre en évidence les processus fondamentaux qui les sous tendent. Autrement dit il s’agit d’approfondir le mode de fonctionnement de ces deux activités en dépassant leur expression immédiate et parfois éphémère.

Des références théoriques et des exemples concrets étayent cette approche (H. Wallon, J. Piaget, L.S. Vygotski).

La présentation et l’analyse de divers dispositifs de régulation permettent d’apporter une première réponse pour aider les élèves à développer leurs processus perceptifs visuels et moteurs.

  • Recueil des questions qui préoccupent les stagiaires, les réponses émergeront au cours des débats
  • Les dimensions qui permettent d’organiser le milieu de travail

Présentation globale puis examen approfondi de chacune de ces dimensions avec débats collectifs, tentatives de réponses.

  • le contexte matériel : tenue et choix des outils, la tenue corporelle, les supports, l’organisation des affichages.

     

    • Faire le point sur ces questions
  • le contexte social : rôle des acteurs éducatifs, les usages sociaux de l’écriture.

     

    • Soulever la question de la cohérence dans l’école, de la communication aux parents
  • le contexte historique et culturel : l’histoire de l’écriture, l’invention de l’alphabet, les diverses écritures du monde.

     

    • Quel en est l’intérêt ? discussions.
  • le contexte didactique et pédagogique : choix des graphies, choix des tâches, le dispositif pédagogique, l’évaluation des productions

     

    • des techniques efficaces pour enseigner l’écriture (expériences de chacun),
  • Contextualisation, travaux en ateliers : analyse de productions d’élèves, étude des diverses formes de lettres cursives et leurs conséquences sur l’écriture des élèves (documents issus des classes, des éditeurs et sites internet).
  • Une réflexion sur les spécificités et pièges de l’écriture cursive

Bilan de la journée

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *