Neurodidactique des langues : mieux enseigner les langues avec les neurosciences


" En France, on n'est pas doué pour les langues !"

Qui n'a pas déjà entendu ça ?

Il n'y a pourtant ni fatalité, ni déteminisme pour condamner les élèves français à rester en queue du peloton des locuteurs de langues étrangères… et pour la didactique des langues comme pour le reste, les neurosciences cognitives apportent de précieux éclairages ! C'est avec ces concepts innovants que Suzy Boulet, formatrice, professeur de langue et spécialiste en neurosciences de l'éducation, vous propose de revisiter et d'enrichir vos pratiques…

L’apprentissage d’une seconde langue vivante représente une difficulté réelle pour beaucoup d’élèves français malgré l’apparition de méthodes nouvelles et innovantes et la réflexion sur le cadre commun de référence des langues (CECR).  En effet de nombreuses méthodes se sont succédé pour tenter de faire progresser les élèves et de développer chez eux la motivation qui pallie les efforts importants que nécessite cet apprentissage. Apprendre une langue étrangère dépend aussi des conceptions de l'apprentissage que nous avons et repose en outre sur des facteurs émotionnels qui vont de l'image de soi à la gestion de l'erreur. L’enseignant en langues soucieux de la réussite de ses élèves s’interroge : "Pourquoi certains élèves ont-ils de la difficulté à apprendre les langues, alors que cela semble facile pour d’autres ?" ou "Pourquoi certains concepts linguistiques sont-ils très difficiles à apprendre et certaines conceptions erronées persistent-elles même après plusieurs années d’enseignement en langue. Cette formation ouvre des perspectives grâce à l’apport des neurosciences dans la didactique des langues, elle permet de dépasser les insuffisances des méthodes pédagogiques traditionnelles et aide l’enseignant à mettre en place des pédagogies différenciées pour un meilleur apprentissage des langues étrangères. Les différents points abordés sont :

1. D’où viennent les représentations de nos élèves, mieux comprendre les différents types d’erreurs commises lors de l’apprentissage d’une langue étrangère pour mieux les appréhender.

2. La démarche nécessaire à l’apprentissage de l’inhibition : comment développer des stratégies d’inhibition par rapport à la langue maternelle

3. Sortir des modèles didactiques en introduisant la dimension corporelle dans la production orale et en se servant des neurones miroirs

4. Différencier les dispositifs d’enseignement des langues, faire le lien entre la mémoire et les 2 types de grammaire selon la production orale ou écrite.

Les outils :

  • Apprendre à repérer les différents types d’erreurs commises lors de l’apprentissage de la langue étrangère.
  • Faire évoluer la conception des élèves ?
  • Développer des stratégies d’inhibition par rapport à la langue maternelle, exemple de mise en pratique

Formation en intra ou inter établissements, d'une durée de deux journées (consécutives ou non).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *