Marie-Laure HAMARD


Psychologue scolaire hors classe, formatrice DAFPEN, membre des équipes plénières de la CDES, puis des équipes pluridisciplinaires de la MDPH, mère de trois enfants…

Je m’appelle Marie-Laure Hamard…

Mon parcours, depuis mon entrée à l’école normale d’instituteurs à 18 ans, jusqu’à ma toute nouvelle retraite (rentrée 2016), m’a conduite, après 17 ans d’enseignement dans tous les niveaux de l’école primaire (maternelle et élémentaire), durant lesquels j’ai fréquenté les cours du soir de la faculté Paris V pour obtenir une maîtrise de psychologie et la formation de psychologue scolaire, au métier que j’ai pratiqué durant de nombreuses années en RASED, puis seule.

Durant ma pratique du métier de psychologue scolaire, j’ai enchaîné avec conviction des missions variées me permettant de développer un ensemble de compétences dans les domaines de l’enseignement relevant principalement de l’accompagnement des enfants soumis à des troubles d’apprentissage (dys…, TDAH, enfants autistes, « précoces », ou soumis à des troubles du comportement, harcèlement…).

Mais j’ai également développé des compétences dans le domaine de l’accompagnement des enseignants et des parents : élaboration d’actions innovantes (en ZEP), mise en œuvre de projets collectifs (école) ou individuels (élèves)… et approfondi mes compétences de formatrice dans le cadre de formations continues pédagogiques (seule ou dans le cadre du « groupe DYS » du Gard), à l’IUFM, au GRETA pour les AVS, à l’IRTS Montpellier pour les futurs maitres spécialisés.

J’ai une conviction prégnante qui me conduit chaque jour (dans ma vie personnelle comme professionnelle) : on n’avance ensemble, toutes fonctions confondues (enseignant de « base », maitre spécialisé, enfant, élève en difficulté, parent, établissement spécialisé,…) que si on prend en compte le besoin et la nécessité d’écoute, de partage, et de communication de tout être humain.

Comment ? En soutenant, encourageant, valorisant les élèves en état de trouble d’apprentissage, les enseignants et les parents, impulsant et aidant à l’élaboration de projets individualisés compatibles avec la structure classe, et ainsi dépasser le cloisonnement des savoir-faire, les sentiments de solitude et de découragement éventuels.

Je pense donc pouvoir faire profiter de mes connaissances acquises, dans le cadre de la formation continue, tout pédagogue ou équipe pédagogique intéressés par une réflexion-partage autour des aides à mettre en place, pour les enfants souffrant de trouble d’apprentissage au sein de la classe, ainsi que dans leur vie sociale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *